mardi, 26 mai 2009

Rapprocher les citoyens

Vivre dans un village, dans une ville, permet de dégager des relations sociales qui seront, selon la formule classique, "aussi variables qu'enrichissantes".  Mais en s'attachant à sa ville, à son village ou à son quartier, nous nous approchons inévitablement de ses co-habitants.  De plus, cet attachement dépasse le comtemporain pour relier les générations d'Hommes.

Nous avons tous en mémoire la poésie sur Toulouse chantée par Nougaro.  Ou plus près de nous, le chant des 'Tournaisiens sont là' ou du 'Faubourg de Tournai' à Ath.

En cette période d'orage, je pense aussi à cette chanson sur Anvers ou apparaît l'amour des gens au travers de celle de la ville.  Les différences peuvent devenir rassembleuses, même quand elle sont aussi opposée, ... du moins en rêve.

Chanter sa ville, chanter ses habitants.  Quand les pierres et la dérision se conjuguent sur le temps de la tolérance et sur le ton de l'humour, cela ne peut que me plaire.  Et pluis l'accent d'Antwerpen pour chanter les peintures de Rubens vaut bien celui de Belleville pour décrire celles de Toulouse-Lautrec !
Derrière ce texte du groupe Katastroof, se retrouvent les gens, avec leurs émotions, leur histoire et leurs histoires.  Et c'est bien cela qui importe.  
Mais pourquoi avoir placé un lien pour entendre une chanson en Anversois ?  Ce n'est pas vraiment la bonne question.

http://www.garagetv.be/video-galerij/skiddle/Katastroof.a...

ik zen verkocht aan die stad aan de Scheldeik zen verkocht aan die stad aan de stroom
die staat getooid met prachtige beelden
Brabo en Rubens, die stad is nen droom
altijd gastvrij lee’ d oep iedereen te wachten
heeft al zoveel vreemdelingen bekoord
maar ik geef toe, ik heb in gedachten
dikwijls al stillekes ne Keesbol vermoord

Antwaarpe, schoon en goed
’t Scheld dat is sinjorenbloed
van het Schijn tot aan het Steen
a hart da klopt voor iedereen

zit ‘k oep een bank aan de plage van Sint Anneke
dan is de klank van de stad ni vlakbij
dan denk ik stillekes, dees is het manneke
wat da’k hier zien, da’s een schilderij
de kathedraal en den boerentoren
dan droom ik weg en ’t wordt intressant
‘k zien in de verte bij het ochtendgloren
Filip en Leona tesaam hand in hand

van aan de grens tot aan’t eind van de kaaien
ziet iedre mens waar de wereld begint
miljoenen lichten, die ni uit zen te draaien
verplichten te luisteren as den beiaard weerklinkt
‘k zen hier geboren, ‘k zen hier getogen
en tot oep den dag dat den deze moet gaan
zweer ik da’k nooit een woord heb gelogen
over mijn Antwaarpe zing kik spontaan

04:42 Écrit par Christian Ducattillon | Tags : culture | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.