lundi, 09 janvier 2017

Le lundi parjuré ou le lundi perdu

Le lundi 9 janvier, il vaut mieux ne pas être un lapin !

Dans le Tournaisis, le lundi qui suit le 6 janvier (épiphanie), une tradition multiséculaire a évolué pour devenir une fête.  Il y a une entrée avec une petite saucisse, et puis on mange du lapin selon une recette aux pruneaux accompagnée d'une salade tournaisienne.  Au début du repas, on tire les billets des rois.  Le gagnant est le roi et chaque convive est invité à boire chaque fois que le roi boit.

Une très belle chanson d'Achille Viehard évoque ce moment festif.

La tradition du lundi perdu ... se perd dans la nuit des temps.  Dans la Wallonie picarde, on a l'habitude de fêter cela.

Ce lundi est aussi appelé Lundi Parjuré.  De brillants historiens ont pu étayer les origines probables de ces mots.  Le site de la ville de Tournai est explicite à ce sujet.

Depuis un demi-siècle, la fête familiale tend à devenir une fête de groupe, de société.  On y mange un bon repas au cours duquel on retrouve une salade aux nombreux ingrédients et le plus souvent le lapin.

Une galette des rois permet de désigner le Roi et la Reine du jour, alors qu’à l’origine, c’était un tirage au sort à l’aide de carte qui décidait.

Chanson L'lundi parjuré. Paroles.

Chanson L'lapin du lundi perdu.  Paroles.

 

Capture.JPG

 

00:02 Écrit par Christian Ducattillon | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.